1/9

La vie à bord

Le quotidien sur un voilier en navigation ou lors de mouillages isolés peut s’apparenter à un « huis clos » et il est nécessaire d’être ouvert d’esprit, bienveillant et patient. On ne fait pas toujours quelque chose à bord. Chacun est libre de s’occuper comme il l’entend dans les temps qui ne sont pas dédiés à la maintenance ou aux manœuvres : dévorer livres et films, commencer le dessin ou le macramé, pêcher, jouer de la flûte, profiter d’un hamac, écrire un roman, nager avec les requins ou tout simplement goûter à l’ennui et à l’indolence.

Nous sommes plutôt sociables et avons régulièrement des amis à bord pour des apéros impromptus ou de grosses soirées souvent teintées de musique. En général, on ne boit pas (trop) en navigation mais au mouillage chacun est libre et responsable de sa consommation. Nous aimons partager un verre mais n’avons pas les moyens d’offrir à boire à tout le monde. En revanche nous produisons notre propre bière de gingembre ou de fruits. Si vous préférez d’autres boissons pensez à faire le plein !

 

Nous sommes fumeurs et le pont reste le meilleur endroit pour s’en griller une sans indisposer les autres. Par contre, pour des raisons évidentes, la consommation de produits  « spéciaux » n’est pas la bienvenue… Les risques encourus dans certains pays sont bien trop élevés et lourds de conséquences, en particulier pour nous (saisie du bateau, amendes, prison ferme...)

Les cabines

Mana iti compte 8 couchages pour quatre cabines. Chacun a sa propre couchette mais tout le bateau reste libre d’accès aux autres si besoin. Il y a deux cabinets de toilette à bord : le nôtre attenant à notre cabine et un à l’avant. Ce sont des WC marins ! Il fonctionnent à l’eau de mer et rejettent directement dans la mer. Un système de pompe manuelle aspire l’eau qui remplit la cuvette puis, lorsqu'on l'inverse, cette même pompe évacue le tout hors du bateau. Pour des raisons évidentes on ne jette rien dans les toilettes et on veille à ne pas les boucher! Il y a également des douches à bord mais nous ne les utilisons que très rarement. Il est préférable de se doucher sur le pont à l’eau de mer ou de pluie.

La cuisine

La cuisine est suffisamment spacieuse pour y préparer les repas à plusieurs. Même si vous n’avez pas de talents particuliers toutes les mains sont utiles. C’est l’occasion de vous améliorer ! Nous privilégions les produits frais locaux et la pêche est  bienvenue. Occasionnellement la viande est au menu. Nous ne tenons pas compte des régimes alimentaires trop contraignants! Le bateau est équipé d’une cuisinière à gaz 4 feux avec four et d’un barbecue utilisable au mouillage. La vaisselle est lavée après chaque repas à à l’eau de mer dans les éviers de la cuisine ou sur le pont dans des seaux. Les éviers sont équipés de deux robinets : un pour l’eau douce pompée électriquement dans les réservoirs et un monté avec une pompe mécanique à pied pour l’eau de mer. C’est cette dernière que nous utilisons principalement, même pour cuire des pâtes !

L'eau 

La gestion de l’eau douce est un point crucial à bord d’un voilier. Nous n’avons pas de désalinisateur, par contre nous pouvons stocker 700 litres d’eau potable dans deux réservoirs de 350 litres. Encore faut-il trouver de l’eau… Il est des lieux où elle ne coule pas de source. Quand la population locale a difficilement accès à l’eau douce, il est compliqué de leur faire peser nos propres besoins. Douches, vaisselles et lessives se font à l’eau de mer, avec un rinçage rapide à l’eau douce si besoin. Nous récupérons un maximum l’eau de pluie, elle n’est pas minéralisée mais parfaitement propre à la consommation. Lorsque nous avons accès à des points d’eau (robinets, rivières…) nous remplissons des jerricans de 5 ou 20 litres transportés dans l’annexe puis déversés dans les réservoirs. Ces séances de gymnastique musclée finissent en général par inciter à la parcimonie.

L'électricité

Nous n’avons pas de génératrice à bord ni d’éolienne. Notre électricité provient de 4 panneaux solaires de 100 watts chacun chargeant 3 batteries de 180 ampères. En cas de mauvais temps prolongé il est possible de les recharger en faisant tourner le moteur. Nous privilégions une consommation intelligente et raisonnée de l’énergie. Le circuit électrique du bateau fonctionne en 12 volts pour le frigo, les lumières, l’électronique de navigation... Un convertisseur transforme le 12 volts en 220 volts pour le reste (ordis, outils...). Des prises « françaises » sont installées dans tout le bateau. Pensez à vos adaptateurs si besoin. De façon générale nous n’utilisons pas le convertisseur la nuit. Il faut penser à recharger ses appareils le jour lorsque le soleil alimente les panneaux! De même, en traversée, les instruments de navigation sont prioritaires.