Rechercher

de l'autre bout du monde...


Bonjour le monde…

après ces quelques mois compliqués le Mana revient vers vous pour vous faire part de ses doutes, ses espoirs , ses projets, ses destinations envisagées ou abandonnées et de son état général sur ce virage brutal qui nous est imposé…

L’ordre d’immobilisation des navires et personnes nous a frappé a Taravao presqu’île de Tahiti au début mars 2020, et au tout début, on a pris ça pour une chance, enfin plutôt une drôle d’opportunité de faire tout ce qu’on avait pas eu le temps de faire avant… la baille a mouillage, les coffres sur la dunette, pleins de travaux quoi… et puis progressivement, il s’est installé au mouillage et plus généralement en Polynésie une atmosphère bien étouffante…les églises de tous poils sont arrivées a interdire l’alcool comme au bon vieux temps de la prohibition, des bruits ont commencé a courir comme quoi les « plaisanciers » ne respectaient rien et que c’était par eux que cette saloperie de virus était arrivé, les blancs étaient les seuls responsables … de la suspicion a la haine il n’y a qu’un pas. Historiquement, la peur de l’étranger en Polynésie peut s’expliquer enfin… du moins se comprendre. Avant l’arrivée des européens a la fin duXXVIIIème siècle a Nuku Hiva aux marquises il y avait 20000 habitants, moins d’un siècle plus tard il n’en restait plus que...2000. Tous furent décimés par les maladies auxquelles leurs organismes n’étaient pas préparés, et dans une moindre mesure, les européens aussi furent quelques uns a périr. Je n’ai pas l’intention de vous faire un cours d’histoire ni de juger des réactions de chacun ici mais dans les faits l’épisode actuel a des conséquences tristes pour la population autant que pour les voyageurs à voiles que nous sommes.



Nous avons scrupuleusement respecté les consignes du gouvernement Polynésien, nous avons fait profil bas et commencé à attendre avec impatience le fameux déconfinement tant promis.

Maintenant que la parano semble baisser d’un cran et que la vie reprend un peu ses droits nous nous retrouvons, comme une bonne partie de la population, au rang des oubliés...pour nous c’est encore pire car on peut même dire qu’on est encore pris pour des porteurs de lèpre ou, au mieux, des nuisibles à qui il ne serait pas pressé de rendre leurs libertés. La navigation est toujours interdite d’un archipel à l’autre et si il nous est permis de naviguer le long des côtes d’un même archipel, à presque tous les mouillages que nous avons fait récemment on a été accueillis à coup de pierre et priés instamment de vider les lagons de notre présence indésirable.



c’est bien regrettable car quoi qu’on pense du tourisme, il est une des premières ressource des îles et les avions n’étant pas prêts de revoler, les seuls touristes présents ici c’est précisément les plaisanciers.

Partir, d’accord… mais où ? Avec quel équipage ? Comment ferez vous pour nous rejoindre ici au beau milieu du pacifique ? Plusieurs projets ont été envisagés :

le fret d’une île a l’autre une fois qu’on nous en aura donné le droit

un bar flottant ?



Monter une chorale ?



Écrire un livre et vivre des droits d’auteurs? (prétentieux va!)

donner des cours d’accordéon?( ça ne s’arrange pas!)

Monter un bordel flottant ? ( je suis pas assez frais pour vendre mon corps et mes deux équipières ne sont pas encore d’accord pour participer aux efforts de guerre!)





arrêter de fumer et de boire et ne manger que du riz et des poissons en attendant que çà passe?(un peu chiant quand même…)


Monter une école de voile pour les polynésiens?( ben ils ne nous aiment plus beaucoup...)

bref c’est pas simple …



pour l’instant la solution qu’on envisage serait qu’en décembre le Mana Iti tente de faire voile vers le Mexique via Hawaï et San Francisco mais comment régler l’histoire des visas ?

On continue de creuser et n’hésitez pas a nous faire part de vos idées et envies, malgré ce qui se dit en ce moment un autre monde est possible et si le tourisme comme on l ‘a connu jusqu’à présent se meurt on ira cracher sur sa tombe et en inventer un autre plus intelligent, plus proche des gens moins polluant ...plus humain quoi.

en attendant je vous met en vrac quelques photos de notre week-end de déconfinement au Fenua Aihere sur Tahiti Iti…

Portez vous bien…









405 vues